Un Razzoli en or résultats 28/02/2010,00:50

Les transalpins auront attendu l'ultime épreuve pour décrocher une médaille lors de ces jeux olympiques de Vancouver, mais la plus belle avec le talentueux Giuliano Razzoli qui décroche une magnifique médaille d'or au terme d'un slalom qu'il aura mené de bout en bout, 22 ans après son idole Alberto Tomba qui avait triomphé sur les neiges de Calgary. Entrainé par Jacques Theolier, il s'impose devant un des grands favoris, le Croate Ivica Kostelic qui a signé une solide seconde manche et qui s'offre une troisième médaille olympique en argent après le combiné de Sestrieres et le super combiné dimanche dernier. La surprise du jour est venue du Suédois André Myhrer qui a réalisé une seconde manche de rêve pour aller s'enquérir du bronze, après une 10ème place lors de la manche initiale. Du côté de l'équipe de France, tous les espoirs reposaient sur Julien Lizeroux, mais sur un revêtement assez doux, ou il a eu du mal à s'adapter, le skieur de la Plagne qui a connu deux parcours émaillés de petites fautes termine finalement 9ème, sans avoir démérité.

Agé de 25 ans, le risque tout, Giuliano Razzoli, qui a remporté le slalom de Zagreb au début du mois de janvier, mais réputé aussi pour sa fébrilité, n'a pas craqué et a skié avec une grande intelligence pour aller s'offrir l'or olympique. Et sur la piste de Whistler Mountain, il a fait des merveilles, avec sa fougue et une vitesse de pieds impressionnante, notamment sur le plat initial, l'Italien facile vainqueur de la première manche, avec 43/100ème d'avance sur son dauphin, le Slovène Valencic, a parfaitement tenu le choc sur son second passage, lui qui disputait ses premiers Jeux. Au final, malgré un bas difficile à gérer, il s'impose avec 16/100ème d'avance sur le Croate Ivica Kostelic qui décroche une seconde médaille d'argent sur ces Jeux Olympiques. Après avoir signé le 4ème temps lors de la manche initiale, le Croate a pris tout les risques sur le second parcours avec beaucoup de justesse dans son ski pour décrocher au final, avec bonheur, un nouveau podium olympique. Auteur d'une seconde manche impressionnante, le Suédois Andre Myhrer, qui compte une victoire en coupe du monde, mais qui a beaucoup de mal à être régulier, notamment cet hiver avec 4 abandons, a su être présent le jour J. Après avoir signé le 10ème temps de la manche initiale à plus d'une seconde du podium, le Suédois qui n’avait plus rien à perdre, a lâché les chevaux en seconde manche, signant le meilleur temps pour monter au final sur la troisième marche du podium, sa première médaille lors d'un grand rendez vous. Il prive pour 5/100ème, Benjamin Raich, champion olympique en titre de la discipline, d'une médaille et pour une des rares fois, si ce n'est la première, la wunderteam masculine, quitte Vancouver sans aucune breloque, mais avec des places d'honneur.

Du côté de l'équipe de France, une pression énorme pesait sur les épaules des slalomeurs et notamment Julien Lizeroux qui avait la lourde responsabilité de sauver l'équipe du zéro médaille, mais malheureusement le skieur de La Plagne qui n'a pas réussi à trouver le rythme sur la neige mouillée de Whistler, termine à la 9ème place. Après une première manche des plus corrects, avec le 8ème temps malgré quelques petites fautes, notre Julien nationale qui a la réputation de sortir des secondes manche de folies sur la glace de la coupe du monde, n'a pas réussi sur la neige canadienne et après une première grosse faute dès le haut du parcours, la cause était malheureusement entendue. Désormais place à la coupe du monde qui va reprendre ses droits et où Julien a un globe de cristal à aller chercher. Pour sa première participation à un grand rendez vous, magnifique performance du skieur de Megève, Maxime Tissot qui termine à une très honorable 16ème place après deux manches particulièrement solide alors que Thomas Mermillod Blondin à la faute sur les deux parcours se classe 21ème. Le bornandin Steve Missillier parti le couteau entre les dents sur la seconde manche n'a pu rallier l'arrivée. Pour conclure, pas de médaille pour l'équipe de France lors de ces quinze jours, mais une saison de toute beauté qu'il ne faut surtout pas oublier, une des plus belle depuis fort longtemps. La coupe de monde n'est pas terminée et il y a encore de belle chose à vivre et à gagner.

RAZZOLI Giuliano réagir | links (0) | print | Partager
Ski-nordique